Collage du placage de tête

From lutherie-guitare.org
Jump to navigation Jump to search

La fabrication d'une guitare / Chapitre 3 : le manche / Collage du placage de tête

Avant de commencer[edit | edit source]

Assurez vous que les chants de votre manche sont parfaitement perpendiculaires au plat de ce dernier. Corrigez si nécessaire avec un rabot. Contrôlez également que les chants sont bien rectilignes. Corriger si nécessaire avec un rabot (ou, si vous n'êtes pas encore à l'aise avec cet outil, en collant de la toile abrasive sous un grand niveau à bulle)

Contrôle de la perpendicularité des chants par rapport au plat du manche
Vérification que le manche est bien rectiligne avec un grand niveau par exemple.

Quelle escence de bois pour le placage ?[edit | edit source]

On choisit pour le placage une essence de bois dur, souvent la même que celle utilisée pour le fond et les éclisses : palissandre, érable, ébène etc.

En général, pour une guitare classique, on colle une superposition de placages de différentes épaisseurs (par exemple plusieurs placages fins de 6/10 couverts par un placage épais de 2 à 2.5mm) afin de créer un liseré de couleurs sur le pourtour de la tête. On obtient une épaisseur globale de 3.5 à 4mm.

Certains luthiers collent aussi un placage épais sous la tête : un placage de tête inférieur permet de cacher le joint du collage de la jonction manche/tête. Toutefois, on peut assez aisément faire coïncider le joint tête manche avec le joint du collage.

Les placages épais de 2 à 2.5mm, visibles sur l'instrument fini (sur la tête et éventuellement dessous) peuvent être obtenus en jointant des chutes provenant de la découpe du fond. Cela permet de réaliser une symétrie de veinage appréciée généralement pour son attrait esthétique. Les deux chutes sont collées ensemble de la même manière que peuvent l'être les deux parties du fond ou les deux parties de la table ː des petites cales en sifflet permettent d'appliquer une pression efficace de l'une des pièce sur l'autre qui est immobilisée sur un support bien plat (voir Jonction des deux parties de la table#Méthode 1)

Pour les guitares folk, on préfère souvent utiliser une seule épaisseur de placage pour la tête.

Diminution de l'épaisseur de la tête[edit | edit source]

Les chants sont marqués au trusquin afin de réduire la tête à une épaisseur globale avant le collage des placages à 19mm environ (mais cette épaisseur varie selon les luthiers. L'épaisseur globale placages compris se situe en général autour de 22 mm).

tracé au trusquin des chants de la tête

Prolonger le trait avec un réglet de chaque côté :

Prolonger le trait avec un réglet

Puis rejoignez en travers avec une équerre marquant ainsi la position définitive du sillet de tête.

Rejoindre avec une équerre pour marquer la position du sillet

L'épaisseur est réduite ensuite au rabot.

Commencer par réduire en travers du fil :

Réduction de l'épaisseur de la tête avec le rabot, d'abord en travers du fil

puis terminer dans le sens du fil pour les dernières passes.

Réduction de l'épaisseur de la tête avec le rabot, dans le sens du fil

La planéité finale est obtenue avec une cale à poncer bien plane.

Finition de la surface avec une cale à poncer munie de papier abrasif assez grossier (P150 par exemple) pour ne pas nuire au futur collage des placages.

La planéité est contrôlée avec une équerre ou avec une règle, dans toutes les directions. Le joint sur la surface supérieure de la tête est une bonne indication de la régularité du travail réalisé : il doit demeurer perpendiculaire au chants de cette dernière, tout comme le sommet de l'angle formé par la tête et le manche.

contrôle de la planéité de la tête

Collage du/des placages[edit | edit source]

Note.png Certains luthiers colllent directement le placage de tête à sa position définitive (si plusieurs placages superposés sont utilisés, il doivent alors être collés ensemble au préalable). Dans ce cas, procéder comme suit : dresser le côté du sillet et un grand côté parfaitement d'équerre et droits, positionner le placage de tête et le faire glisser au delà de la position du sillet pour rabotter le chant qui sera en contact avec le sillet en posant le rabot sur sa joue sur le manche. L'angle est ainsi ramené à 90° par rapport au manche. Positionner précisément le placage à sa position définitive, le chant dressé précédement exactement au sommet de l'angle manche/tête, parfaitement d'équerre et l'immobiliser. Comme décrit plus bas, percer le placage et une partie de la tête à l'emplacement des ouverture pour y insérer des tourillons permettant d'immobiliser le placage en place pour le collage..

Les placages dépassent volontairement des côtés de la tête (plus aisé à affleurer après collage, et cela laisse une marge en cas de glissement), et surtout au niveau du sillet, où il seront coupés bien droits et perpendiculaires au manche par la suite. C'est en effet notamment contre le placage de la tête que le sillet reposera. Marquer, de chaque côté du manche l'emplacement du sommet de l'angle manche/tête perpendiculairement au manche avec une équerre.

le placage doit dépasser au niveau du sillet de trois millimètres environ

Une astuce efficace peut être utilisée pour éviter que le ou les placages ne glissent au moment du collage. Cela consiste à percer deux trous au niveau des lumières de la tête en s'aidant du gabarit (sa fabrication est précisée dans la partie traitant du détourage de la tête un peu plus loin dans ce même chapitre) et à y insérer des baguettes ou des cure-dents. Pour placer précisément les placages et le gabarit de tête, tracez l'axe central du placage supérieur :

tracé de l'axe sur le placage supérieur
positionnement du ou des placages ainsi que du gabarit sur la tête et percement de deux trous au niveau des lumières de la tête
insertion des baguettes
arasement des baguettes avec une scie fine
arasement des baguettes : finition au ciseau
arasement des baguettes : résultat

Pour la mise sous presses, il est utile de préparer au préalable deux pièces en contreplaqué épais afin de réaliser un collage le plus uniforme possible.

Si vous craignez que les tourillons de positionnement ne dépassent lors de la mise sous presse, vous pouvez également les laisser dépasser délibérément et percer la cale supérieure de part en part avec un diamètre légèrement plus important à l'emplacement de ces derniers ou bien plus simplement diminuer légèrement leur longueur après avoir enlevé les placages avant leur collage. Attention également à la colle qui fait gonfler le bois : veiller à ce que les tourillons entrent sans forcer dans les trous de positionnement et au travers des placages, sans quoi les placages risquent d'être difficiles à repositionner une fois la colle étalée.

La colle est ensuite étalée régulièrement avec un pinceau ou un petit rouleau à maroufler sur la tête, le placage collé. On répète l'opération pour le second placage (etc.) si plusieurs sont à coller et on met sous presses, en faisant attention à conserver l'ordre et l'orientation des placages.

application de la colle de manière régulière au pinceau

Si vous n'avez pas utilisé l'astuce décrite ci-dessus, une attention particulière doit être apportée afin que les pièces ne glissent pas pendant le collage ou du moins, de corriger au fur et à mesure du serrage. Il est utile à ce titre de serrer très progressivement les serre-joints : un peu l'un, avant de passer au suivant, puis au suivant et de revenir au premier et ainsi de suite. Toujours commencer par serrer la partie centrale d'une pièce, ceci est une règle valable pour tous les collages.

La cale utilisée pour le collage doit être suffisament épaisse pour répartir de manière égale la pression des serre-joints sur toute la surface.

mise en place des serre-joints

Une fois la colle sèche, vous pouvez araser le placage qui dépasse de la tête, en commençant avec une scie si beaucoup de matière dépasse :

arasement du placage de tête

Et en terminant avec un rabot :

arasement du placage de tête

Résultat :

Placage de tête prêt à être découper au niveau du sillet

Découpage du placage au niveau du sillet[edit | edit source]

On utilise une scie fine, l'idéal étant une scie japonaise type dozuki (scie japonaise à dos à lame très fine).

Denture d'une scie à dos japonaise type "Dozuki"

Le trait de coupe doit se situer exactement au sommet de l'angle formé par la tête et le manche. Pour cela, il faut prolonger à l'équerre les traits tracés avant le collage des placages avec une équerre :

Prolongement des traits marquant le sommet de l'angle manche tête sur les chants du manche
Le sommet de l'angle manche/tête est ensuite tracé sur le placage avec une équerre.

Il est important que le placage soit coupé parfaitement perpendiculaire au manche.

Une méthode consiste à fixer une équerre sur la tête de la guitare avec un serre-joints et de marquer relativement profondément le placage avec un canif, en prenant garde de conserver un angle de 90° entre la lame et le manche.

Une équerre est fixée sur la tête avec un serre joint

Pour une coupe précise, il faut utiliser un canif avec le biseau d'un seul côté.

vue d'un canif japonais doté d'un seul biseau
vue d'un canif japonais (autre côté)

Il est en effet également important que l'angle de coupe lui-même, soit perpendiculaire au manche et non à la tête afin que le sillet vienne s'y appuyer parfaitement par la suite. Cela n'est pas évident et demande du soin et de l'attention !

Commencer par marquer le placage assez profondément au canif (avec biseau unique tourné du côté de la chute) :

marquage du placage au canif

Une fois cela fait, une petite rampe est réalisée avec un ciseau afin que la scie soit guidée au moment de couper et reste parfaitement perpendiculaire au manche.

une petite rampe est réalisée au ciseau pour guider la scie par la suite

Afin que le chant du placage soit bien d'équerre avec le manche, un bloc coupé au bon angle (104° pour un angle tete/manche de 14° soit 90 + 14) peut aider pour guider la scie (comme le dos de la scie peut gêner, ou le bloc lui même pour bien voir son geste, il n'est pas nécessaire de coller au trait de coupe. En le mettant quelque peu en retrait, il constitue un bon guide visuel afin de garder la scie ou même le canif au bon angle.

bloc de guidage vertical pour la coupe

Poursuivre ensuite avec la scie.

Attention ! il faut prendre garde à ne pas toucher au bois du manche !

S'arrêter avant d'avoir couper complètement le placage et faire tomber le bois superflu avec un ciseau à bois (parfaitement affûté, et maintenu à deux main dont l'une couvrant le ciseau, près du biseau pour bien maîtriser son geste).

Suppression du bois de placage superflu avec un ciseau à bois

Poursuivre à nouveau avec le canif, puis au ciseau en alternant jusqu'à ce que le placage soit totalement découpé :

Poursuite de la découpe au canif

L'équerrage est enfin vérifié :

verification de l'équerrage

S'il n'est pas tout à fait correct, il peut être rectifié avec un rabot guillaume (rabot dont le fer a la même largeur que le corps, contrairement aux autres rabots).