Chapitre 1 : collage du manche sur la table d'harmonie, tasseau arrière

Chapitre consacré au collage du manche sur la table d'harmonie de la guitare (méthode espagnole)

Collage du manche sur la table d'harmonie[modifier | modifier le wikicode]

Préparation de la table d'harmonie[modifier | modifier le wikicode]

Au niveau de la douzième frette, la table d'harmonie est coupée avec un canif de manière à accueillir le manche  :

La table est découpée au niveau de la douzième frette pour accueillir le manche.

Réalisation du lamage sur le talon[modifier | modifier le wikicode]

Avant de coller le manche sur la table, un lamage de l'épaisseur cette dernière doit être réalisé sur la partie interne du talon où sera effectué le collage. Cette opération doit être réalisée avec le plus grand soin : le lamage doit faire l'épaisseur de la table et être parfaitement parallèle au plan du dessus manche afin que toute sa surface soit bien en contact avec la table lors du collage.

Si vous le faisiez légèrement moins profond, cela n'est pas grave car la table pourra être légèrement poncée à cet endroit (côté extérieur) avant le collage de la touche.

S'il est trop profond, il faudra alors corriger en collant un placage pour rattraper.

trois méthodes peuvent être employées pour le réaliser :

Avec un ciseau à bois (méthode décrite notamment par William R. Cumpiano et Roy Courtnall)[modifier | modifier le wikicode]

On commence par marquer un trait de l'épaisseur de la table sur le talon. Au niveau de la douzième frette, pour que la démarcation soit bien nette, on coupe avec une scie fine en faisant attention toutefois à ne pas atteindre la profondeur définitive du lamage. On réduit les angles en biais jusqu'au trait au ciseau plat vers soi avant de niveler la partie centrale, en tenant cette fois-ci le ciseau bien à plat, biseau vers soi.

Avec une varlope à fer rond (méthode décrite notamment par Robert BOUCHET)[modifier | modifier le wikicode]

Au niveau de la douzième frette, comme dans la méthode précédente, on coupe avec une scie fine en faisant attention toutefois de ne pas atteindre la profondeur définitive du lamage. Une cale est positionnée sur le manche pour stopper la course de la varlope au niveau de la douzième frette, après avoir diminué progressivement l'épaisseur, on termine en réglant la saillie de la lame exactement à l'épaisseur de la table (en utilisant un pied à coulisse).

lamage de la partie interne du talon à l'épaisseur de la table

Avec une défonceuse (méthode illustrée dans le livre de John S. Bodanovich)[modifier | modifier le wikicode]

La profondeur de coupe est réglée à l'épaisseur de la table d'harmonie. On ne va pas jusqu'à la douzième frette avec la machine, on termine par la suite au ciseau à bois.

Collage[modifier | modifier le wikicode]

La table d'harmonie est placée sur la plateforme, en prenant bien garde qu'elle soit parfaitement dans l'axe, puis immobilisée grâce à un bloc de fixation maintenant une pression suffisante sur les deux barres harmoniques, mais pas trop pour ne pas marquer le bois tendre des barrages.

Le manche est mis en place également dans l'axe, une feuille de papier fin est intercalée entre la solera et les pièces à coller (ceci afin d'éviter que la table et le manche ne se retrouvent collés à la solera). Avant collage, les pièces sont préalablement rayées sur les surfaces qui seront en contact avec du papier abrasif grain moyen (P120 par exemple)

Un serre-joint immobilise le manche à son extrémité côté tête tandis qu'un grand serre joint assure le maintient pour le collage des deux pièces au niveau du talon :

Collage du manche sur la table d'harmonie

Réalisation du tasseau arrière[modifier | modifier le wikicode]

Le tasseau arrière est réalisé dans de l'épicéa ou de l'acajou le plus souvent.

Généralement, on choisit un bloc fil en travers (cela évite notamment d'avoir du bois de bout pour le collage sur la table et le fond, réputé moins solide ; le tasseau fil en travers est également réputé plus résistant). Robert BOUCHET et Roy Courtnall font notamment ce choix. Sachez cependant que l’utilisation d'un bloc avec le fil vertical est d'usage également chez certains luthiers.

Roy Courtnall décrit même une méthode hybride dans son livre qui consiste, comme Ignacio Fleta à faire un tasseau composite, en trois parties avec le fil vertical dans sa partie centrale.

Ici, le tasseau montré en illustration est fait avec le fil vertical car nous n'avions pas le bois nécessaire pour en réaliser un avec le fil en travers.

La partie du tasseau contre laquelle seront collées les éclisses (face arrière sur la photographie) est légèrement arrondie afin d'épouser la forme du profil des éclisses à cet endroit (la courbure est ici très légère, voire quasi nulle sur certaines guitares).

exemple de tasseau arrière pour une guitare classique, ici le fil est vertical, mais on choisit le plus souvent de le faire fil en travers, comme expliqué plus haut

Il est un peu plus haut que les éclisses (3mm au minimum) car, il sera retravaillé par la suite au moment de l'assemblage du fond.

Roy Courtnall préconise les dimensions suivantes : 65mm de large par 18 d’épaisseur. Robert BOUCHET le fait plus fin et plus élancé : 60mm de large, 12 d’épaisseur.

Collage du tasseau arrière[modifier | modifier le wikicode]

Le tasseau arrière doit être collé bien perpendiculaire à la table, et ménager une place suffisante pour le passage des éclisses qui seront collées dessus. Pour ce faire, on peut s'appuyer sur les moules support d'éclisses et intercaler une chute d'éclisse, afin d'être certain d'avoir la bonne distance entre le tasseau et le profil de la guitare.

Si les moules support d'éclisse sont utilisés pour mener à bien cette opération, il faut au préalable réduire les barres harmoniques. Pour cela on utilise une scie fine et un ciseau à bois. Comme pour le tasseau, il faut réduire les barres de sorte qu'elles arrivent à 2mm du profil de la guitare et avoir ainsi l'espace nécessaire pour le passage des éclisses.

De plus, afin que les moules puissent être mis en place et laisser passer l'excédent de table d'harmonie, des cales épousant le profil de la guitare mais 10mm plus fines sont réalisées dans du contreplaqué de 5mm d'épaisseur.

Exemple de cale intercalée entre la solera et les moules support d'éclisse pour laisser passer l'excédent de table d'harmonie

Si les moules ne sont pas utilisés, ceci sera fait par la suite au moment de la préparation au collage des éclisses sur la table d'harmonie.

Dans le cas d'un collage sans les supports, une attention particulière devra être portée sur la perpendicularité des deux pièces à coller.

Voici une illustration du collage avec les moules supports :

Collage du tasseau, vue de devant
Collage du tasseau, vue de derrière

Attention, après une vingtaine de minutes, avant que la colle n'ait durci, il faut enlever les moules afin de nettoyer l'excédent de colle (avec un ciseau à bois par exemple).

Collage du tasseau, nettoyage de la colle

Dans les deux cas (utilisation ou non des moules support), il faut bien revérifier l'équerrage avant que la colle n'ait pris et qu'il ne soit plus possible de revenir en arrière :

Collage du tasseau, vérification de l'équerrage

Protection du tasseau[modifier | modifier le wikicode]

En attendant le collage des éclisses, le tasseau est assez vulnérable. Afin de le protéger et de bien le maintenir dans sa position, on utilise une petite presse, maintenant un long tasseau du côté du talon, et fixé au tasseau arrière à l'aide d'une petite pointe :

Montage temporaire permettant de sécuriser le tasseau arrière en attendant qu'il soit collé aux éclisses