Chapitre 6 : finition du manche

Chapitre montrant la mise en forme finale du manche de la guitare à l'aide d'outils tels que râpe, wastringue, racloir, lime, papier de verre.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

La finition du manche peut paraître difficile de premier abord pour le luthier amateur débutant. Il existe plusieurs méthodes pour mener à bien cette opération. Une méthode souvent utilisée consiste à faire l'arondi du manche à la râpe entre les frettes 1 et 8 (avec une marge de 1mm dans l'épaisseur) puis de rejoindre les profils formés entre ces deux frettes à la wastringue, râpe, lime, racloir, papier à poncer. Cela demande toutefois d'avoir une bonne idée du profil à obtenir au final et peut être d'avoir déjà l'expérience de quelques guitares.

Voici une vidéo qui montre bien cette technique (à l'exception du fait que le profil au frettes 1 et 8 n'est pas réalisé au préalable) : mise en forme du manche par Robert O'Brien

Il existe une méthode rassurante pour le débutant, qui permet d'approcher la forme définitive par l'utilisation de tangentes successives. Ceci permet de rationaliser la technique et d'arriver à une forme régulière sans grandes compétences préalables dans le geste et sans avoir besoin de réaliser la forme aux frettes 1 et 8 au jugé.

C'est cette méthode que nous allons décrire dans les lignes qui suivent. Avec l'expérience, l'apprenti luthier pourra progressivement passer à la première méthode.

Pour travailler le manche, la guitare peut être par exemple posée sur une couverture elle même posée sur une bonne épaisseur de carton. Le tasseau en appui contre un mur et la tête plaquée contre son ventre pour maintenir la guitare :

maintien de la guitare pour le travail du manche

Mise à épaisseur du manche[modifier | modifier le wikicode]

Le manche doit d'abord être mis à épaisseur entre les frettes 1 et 8. Des traits sont d'abord tracés sur les chants du manche à l'épaisseur voulue (en gardant une marge de 1mm pour la mise en forme finale). Le manche devrait mesurer au final entre 21.5 et 24mm (touche comprise) à la première frette selon les préférences de chacun. Il est courant qu'il s’épaississe progressivement en direction de la douzième frette avec 1 à 2mm supplémentaires à la neuvième par rapport au début du manche :

Tracé de l'épaisseur finale (avec une marge de 1mm) sur les chants du manche

Au niveau de la frette 1 et de la frette 8, l'épaisseur du manche est réduite jusqu'aux traits en utilisant une râpe fauteuil (piqûre 10 par exemple).

réduction de l'épaisseur du manche entre les frettes 1 et 8 avec une râpe

Un rabot est enfin utilisé pour réduire l'épaisseur entre les deux frettes :

réduction de l'épaisseur du manche entre les frettes 1 et 8 avec un rabot

Il est important que les chants soient bien d'équerre avec le plat du manche :

contrôle de l'équerrage

Il faut aussi vérifier que le manche est bien rectiligne :

vérification de le manche reste bien rectiligne

Une fois que tout est correct, l'axe central est soigneusement retracé sur le manche :

l'axe sur le dessous du manche est retracé

la tête doit affleurer avec la touche. Un ciseau à bois et un racloir peuvent être utilisés pour cela :

Utilisation d'un ciseau à bois pour faire affleurer la tête avec la touche

Arrondissement du manche[modifier | modifier le wikicode]

Entre les frettes 1 et 8[modifier | modifier le wikicode]

Pour arrondir le manche, des mesures sont prises à la première et à la huitième frette (sans la touche) afin de tracer deux rectangles représentant des coupes transverales du manche à ces deux emplacements.

A l'intérieur de ces rectangles reportés sur du papier ou dessinés avec un logiciel de dessin technique comme librecad, la forme désirée est dessinée. Des tangentes successives sont ensuite tracées pour approcher petit à petit le profil. À chaque fois des mesures sont prises pour pouvoir les reporter successivement sur le manche :

première tangente réalisée, à 45° environ

Les mesures prises sur le dessin sont reportées sur le manche et les points sont rejoints :

première tangente tracée sur le manche

Il faut ensuite enlever le bois jusqu'aux traits. On peut commencer avec une wastringue pour gagner du temps :

Utilisation d'une wastringue pour commencer

Une râpe peut être utilisée pour continuer :

Utilisation d'une râpe pour continuer

Après avoir des facettes bien rectilignes dans la longueur et la largeur (corriger les dernières irrégularités au racloir), la seconde tangente peut être reportée sur le manche :

seconde tangente
seconde tangente tracée sur le manche

On recommence le même travail que pour la première facette :

seconde facette terminée

On recommence ensuite les opérations jusqu'à obtenir quatre facettes au moins de chaque côté :

troisième tangente
quatrième tangente

Une râpe ou une lime est ensuite utilisée pour "casser" les arrêtes restantes et de la toile abrasive est utilisée enfin pour arrondir régulièrement le tout (tenue à deux mains, une de chaque côté, et en ponçant dans le sens du bois, par un mouvement d'avant en arrière en direction du talon puis en revenant vers la tête).

finition du profil avec de la toile abrasive : tenue à deux mains (une seule est représentée sur la photographie), une de chaque côté, et en ponçant dans le sens du bois, par un mouvement d'avant en arrière en direction du talon puis en revenant vers la tête

Collage du capuchon du talon[modifier | modifier le wikicode]

Note.png Pour cette guitare, nous avons collé le capuchon plus tard, comme vous pourrez le constater dans les photographies des étapes suivantes. Il est toutefois judicieux de le coller maintenant, car le talon n'a pas encore sa forme tout à fait définitive et va être retravaillé. Le capuchon pourra donc être amené à niveau du talon au ciseau sans craindre "d'attaquer" un peu le bois du talon..

Le capuchon du talon peut maintenant être collé. Il faut le faire légèrement plus épais et plus grand que sa taille définitive. Il sera amené après collage à sa forme définitive avec ciseau à bois, racloir et papier à poncer.

Le capuchon du talon prêt à être collé

Avant le collage, assurez vous que le joint est correct avec les filets d'éclisses, aussi bien sur le dessus que sur les côtés. Intercalez du papier de verre et corrigez progressivement si nécessaire. Vérifiez également qu'une fois en place, la face visible du capuchon suive bien le plan du fond de la guitare.

collage du capuchon du talon : si vous disposez d'un serre-joint suffisamment grand pour le plaquer contre les filets d'éclisses (non utilisé ici), n'hésitez pas, même si cela n'est pas indispensable

Jonction avec le talon[modifier | modifier le wikicode]

Le profil réalisé précédemment s'arrête, à la frette 8. Il faut donc lui faire rejoindre harmonieusement le talon. Le canif est l'outil idéal pour s'approcher sereinement du profil voulu :

Utilisation d'un canif pour la jonction du profil avec le talon

Pour terminer, un racloir peut être utilisé :

Utilisation d'un racloir pour parfaire la jonction du profil avec le talon

Enfin, les dernières irrégularités sont supprimées avec une gomme entourée de papier à poncer :

Utilisation d'une gomme entourée de papier à poncer supprimer les toutes dernières irrégularités

Jonction avec la tête[modifier | modifier le wikicode]

L'idéal pour cette opération est de prendre modèle sur une guitare existante pour bien visualiser la chose.

De la même manière que pour le talon, le canif est un outil particulièrement efficace. Une râpe est également utilisée pour approcher le profil progressivement. Il faut dans un premier temps dessiner le profil souhaité sur la tête, en général, on s'arrange pour que le joint tête/manche soit masqué en faisant terminer la tête à cet endroit. Certains luthiers font une volute, d'autres une forme plus triangulaire, nous avons choisi ici un arrondi tout simple :

Tracé de l'arrondi sur l'arrière de la tête marquant sa fin et le début du manche

La râpe et le canif sont utilisé ensuite pour rejoindre le plus harmonieusement possible le profil effectué précédemment jusqu'à la première frette.

Sculpture de l'arrondi de l’arrière de la tête à l'aide d'un canif

Ici, l'épaisseur du manche remonte progressivement entre la frette 1 et le sillet, le but étant de ne pas affaiblir la jonction tête/manche en enlevant trop de matière. Le tout est d'obtenir une esthétique qui vous convienne : le pouce de la main gauche ne s'aventure pas dans cette zone en condition de jeu.

Le manche terminé, vue de la tête
Le manche terminé, vue du talon