Chapitre 4 : Lexique de lutherie

Les principaux mots de vocabulaire utilisés en lutherie

Action : hauteur entre la touche et une corde à une frette donnée. On parle par exemple d'action à la douzième frette pour la corde de Mi grave.

Âme : pièce de bois cylindrique placée à l’intérieur de l’instrument, qui améliore la résonance en transmettant les vibrations du chevalet à l’ensemble de la caisse.

Araser : Réduire à l’épaisseur voulue la partie d’une pièce de bois qui doit s’emboîter.

Aubier : L’aubier, ou aubour, est la partie de l’arbre juste sous l’écorce, généralement tendre et blanchâtre.

Barrage : La table est renforcée sur sa face cachée avec un barrage.

Case : Les cases sont les espaces de la touche entre les frettes.

Chant : Désigne le côté le plus fin d'un objet.

Chevalet : Support plus ou moins mince qui sert à tenir élevées les cordes d’un violon, d’une guitare.

Cheville : Les chevilles sont les petites pièces coniques qui servent à maintenir l'extrémité des cordes acier dans le chevalet.

Cintrer : Opération qui consiste à faire prendre les courbes désirées aux éclisses.

Dégauchir : Unir, aplanir, rendre plat.

Diapason : Longueur de la corde vibrante.

Dresser : Unir, aplanir, rendre droit.

Duramen : Région interne du bois, correspondant aux zones d'accroissement les plus anciennement formées, qui ne comportent plus de cellules vivantes.

éclisse : Plaques de bois minces dont on fait les parois des violons, des violoncelles, guitares et autres instruments à cordes.

Frette : Les frettes sont de petites barres métalliques, incrustées dans la touche.

Morfil : Certaines petites parties d’acier, presque imperceptibles, qui restent au tranchant d’un couteau, d’un rasoir, d'une lame de rabot, d'un racloir etc., lorsqu’on les a passés sur la meule, ou affutés sur une pierre, et qu’il faut achever d’enlever pour se servir utilement de l’instrument.

Mortaise : Entaille pratiquée dans une pièce de bois ou de métal pour y recevoir le tenon d’une autre pièce quand on veut les assembler.

Ouïe : Orifice (s) dans la table d'harmonie.

Queue d'aronde : Type de liaison mécanique entre deux pièces.

Rosace ou Rosette : Pièce de marqueterie qui orne généralement les ouïes sur les guitares classiques et folks.

Scalopper : Sculpter les barrages, dans le but de les alléger.

Sillet de tête : Petite pièce ayant trois fonctions principales,

  1. Maintenir un écartement constant des cordes.
  2. Régler la hauteur de départ des cordes (Profondeur des fentes recevant les cordes).
  3. Détermine le début de la touche, donc du diapason.

Sillet de chevalet : Petite pièce ayant pour fonction de capter les vibrations émises par les cordes et les transmettre au chevalet, la matière est généralement la même que celui de tête.

Sustain : Longueur du temps de perception d'une note par l'oreille .

Table d'harmonie : partie supérieure d'un instrument à cordes, pincées ou frottées dont la fonction est d'amplifier les vibrations générées par le chevalet, c'est en quelque sorte la peau d'un tambour.

Talon : Pièce de bois faisant la jonction entre la caisse de résonance et le manche.

Tenon : Extrémité d’une pièce de bois ou de métal diminuée d’une partie de son épaisseur, qu’on fait entrer dans une mortaise.

Tessiture : La tessiture d'un instrument désigne l'ensemble des notes qu’un instrument est capable d'émettre, depuis le grave, jusqu'à l'aigu.

Touche : Pièce de bois dur, collée sur le manche, ou le guitariste appui, pour faire les notes, cette pièce est généralement divisée en "cases" les intervalles de ces cases, sont déterminés par la longueur du diapason.

Truss-rod (ou barre de réglage) : Tige métallique présente à l'intérieur du manche des guitares et des instruments avec des cordes sous forte tension.