Bouche-pores

Avant Propos / Chapitre 8 : Finitions / Bouche-pores

Voir aussi : fond dur

Voir aussi : remplissage des pores

Voir aussi : encollage/imperméabilisation des bois avant vernis

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

généralités[modifier | modifier le wikicode]

Sont regroupés sous la dénomination « bouche-pores » un ensemble de produits permettant, suivant leur composition, d’effectuer l’opération de remplissage des pores ou l’opération d’encollage/imperméabilisation des bois .

Chaque type de bouche-pores s’utilise d’une manière différente. Il est donc très important de connaitre la destination du produit (en termes d’opération remplissage/encollage) afin d’éviter une mauvaise utilisation.

Bouche-pore de remplissage[modifier | modifier le wikicode]

Utilisation des bouche-pores de remplissage[modifier | modifier le wikicode]

Les bouche-pores de remplissage servent à combler les pores et autres anfractuosités naturelles des pièces de bois constituant l'opération dite de remplissage des pores.

Ils permettent d’obtenir une surface régulière prompte à recevoir une finition exempte de tout défaut de surface. Ceci est d'autant plus important pour les finitions brillantes.

Son emploi est préconisé pour les manches, fond et éclisses en palissandre, wengé, acajou, noyer, etc. Il est cependant inutile pour les tables d’harmonie couramment en épicéa ou en red cedar. Ces essences n'ont en effet/pas de pores ouverts (maille fermée).

Ce sont souvent des produits sous forme de pâte/gel ou très visqueux, teintés ou transparents. Chacun s’utilise en suivant les précautions d’emploi décrites par le fabricant.

Exemple d’application[modifier | modifier le wikicode]

A titre d’exemple, voici l'ordre des étapes suivies généralement pour la finition lorsque le bouche-pores en pâte industriel est utilisé pour faire le remplissage :

  1. Application du bouche-pores (teinté ou non)
  2. Application éventuelle d'une teinte (attention, la teinte peut réagir différemment sur le bouche-pores et sur le bois. La teinte est appliquée avant le fond dur pour lui permettre de pénétrer dans le bois).
  3. Application d’un fond dur afin d'éviter que le vernis ne pénètre dans le bois.
  4. Application du vernis

Comme pour tous les produits, il est très important de vérifier la compatibilité entre fond dur/bouche pores/vernis si on choisit d’appliquer les trois.

Types de produits[modifier | modifier le wikicode]

Il existe quantité de bouche-pores, tant en phase aqueuse que "solvantés", pour vernis cellulosique comme pour vernis Polyuréthane etc. Les propriétés sont différentes et la compatibilité avec d'autres produits dépend de leur constitution.

Ce sont souvent des produits à base de résines synthétiques avec un agent épaississant (ex : Thixotrope) vendu prêt à l’emploi transparent ou coloré.

L’absorption des pigments dans la résine étant délicate, il est préférable de mélanger ensemble deux (ou plus) bouche-pores colorés (même type/même marque) afin d’affiner la couleur.

Ils sèchent généralement en 1h30 et sont parfaitement adaptés pour des bois huileux.

Les industriels se servent souvent de bouche-pores à base d’alkyde appliqués au pistolet puis essuyés.

Hormis le remplissage à la ponce (qui ne demande pas de produits spécifiques), les formules permettant la fabrication de bouche-pores de remplissages seront étudié dans la partie « Historique et anciennes formules »

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le wikicode]

Les avantages et inconvénients des bouches-pores de remplissage sont donnés en comparaison au remplissage à la « ponce » :

Avantages :

  • Application simplifiée
  • Rendement productif plus important (temps moindre pour l’application)
  • Le large choix de produits et de teintes permet de s’approcher de la couleur du bois
  • Disponible pour tout type de vernis de finition

Inconvénients :

  • Nécessite souvent plusieurs applications
  • Rétractation possible dans le temps (de quelques mois à plusieurs années)
  • Réaction différentes des colorants et du bois aux UV, changements de couleur variant avec le temps.


Note : Les inconvénients et avantages cités couvrent aussi les « anciennes formules ».

Bouche-pore dédié à l'encollage[modifier | modifier le wikicode]

Les bouche-pores d’encollage empêchent le bois d’absorber de façon abondante et irrégulière les premières couches de vernis évitant ainsi les différences de teintes surtout aux endroits où le fil est tranché (parties restant mates)

En modifiant la porosité du bois, ils rendent imperméable la surface et limitent la quantité de couches de vernis et donc de produits nécessaires. Ils sont particulièrement recommandés pour les vernis gras et les vernis à extrait sec très faible.

Suivant la formulation, ils permettent également d’éviter la remontée des fibres pendant l’opération de vernissage

Ceci constitue l'opération d'encollage

Il existe un produit dévolu à cette seule opération appelé communément fond dur

Historique et anciennes formules[modifier | modifier le wikicode]

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Afin de ne pas confondre bouche-pore de remplissage et bouche-pores d'encollage, ne sont étudiées ici que les formules servant au remplissage. Les formulations pour les bouche-pores d'encollage sont données dans la page encollage

Les anciens ouvrages (l’art du menuisier, Roubo, encyclopédie Roret, etc.) montrent que les utilisateurs ont de tout temps essayé de trouver des produits permettant de gagner du temps (surtout par rapport à la ponce).

On trouve donc de nombreuses traces de fabrication de bouche-pores de remplissage, ils étaient pour la plupart à base l’huile.

Ils ont pratiquement disparu au profit des bouche-pores industriels ayant les mêmes inconvénients.

Leur disparition tient au fait de la loi de 1905 interdisant l’utilisation d’oxyde de plomb (base des siccatifs de l’époque pour l’huile). Néanmoins, on trouve maintenant des siccatifs sans aucun métaux lourds, à base de distillat de pétrole, acide néodecanoique, sel de manganèse, dipyridyl.

Les indications présentées ici sont donc purement historiques et données à titre d'information.

Les Anglo-Saxons les utilisaient toutefois encore récemment, mais ils n’ont plus vraiment d’intérêt.

Les bouche-pores, comme les vernis etc, sont toujours constitués d’ingrédients servant de :

Les premiers bouche-pores étaient constitués de :

  • pigments (pour la teinte),
  • de plâtre (de Paris pour les plus anciennes formulations) faisant office de charge,
  • et d’eau comme diluant.

L’expérience a prouvé à nos prédécesseurs que ce produit était inefficace car les pigments étaient dilués dans le vernis ou redevenaient blancs avec le temps. La rétractation était aussi très importante.

Les bouche-pores plâtre ont donc été abandonnés et remplacés par des produits à base de talc ou d’amidon et d’albâtre.

Par la suite, pratiquement tous ont été faits à base d’huile ou de vernis gras (vernis à l’huile), l’utilisation d’huile évitant les problèmes liés au fort retrait ainsi que le relèvement des fibres du bois.

Les charges utilisées furent par exemple des argiles comme le kaolin, tripoli, pierre ponce donc à base de silice (dioxyde de silicium) et plus rarement du blanc de Meudon (carbonate de calcium, calcite), du sulfate de baryum, du blanc de zinc (oxyde de zinc), le mélange des deux derniers étant connu sous le nom de Lithopone et servant au finition cérusées.

Étant à base d’huile, les pigments utilisés pour colorer sont des terres et des ocres :

  • Terre d’ombre brulé
  • Terre de sienne brulé
  • Oxyde rouge
  • Ocre jaune
  • Vert de chrome
  • Terre de Casel
  • Rouge de chine

Exemple de formules :[modifier | modifier le wikicode]

Les formules sont données par ordre « chronologique », les siccatifs de l’époque étant interdits (voir loi de 1905) les proportions ne sont pas données.

au blanc de Meudon[modifier | modifier le wikicode]

  • Blanc de Meudon = 450 grammes
  • Huile de lin crue = 100 gramme
  • Une fois le mélange fait, il est dilué avec de l’essence de térébenthine jusqu’à bonne consistance
  • Siccatif

Le blanc de Meudon n’est pas une argile mais s’apparente au plâtre, il ne doit pas être confondu avec du blanc d’Espagne qui lui est une argile.

à la gomme laque et pierre ponce[modifier | modifier le wikicode]

  • Poudre de pierres ponce = 500 grammes
  • Amidon = 500 grammes
  • vernis à la gomme laque = 10 cL (dosé à 200 gramme/L )
  • Huile de lin crue = 25 cL
  • dilué avec de l’essence de térébenthine jusqu’à bonne consistance
  • siccatif

Abandon du carbonate de calcium au profit de la silice (la pierre ponce est constitué à 75% de silice les 25 % restant étant de l’alumine, oxyde de fer et oxyde de manganèse.

à la silice[modifier | modifier le wikicode]

  • Silice ( kaolin, pierre ponce, Tripoli, blanc d’Espagne) = 450 grammes
  • Huile de lin crue = 100 grammes
  • Vernis gras de finition (flatting) 80 grammes
  • Vernis gras très siccatif (colle d’or et permettant le mélange des pigments) = 40 grammes
  • Le tout dilué avec de l’essence de térébenthine jusqu’à bonne consistance.

Il s'agit d'une des formules les plus aboutie au début du 20éme siècle, mêlant les avantages de deux types de vernis.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]


Avant Propos / Chapitre 8 : Finitions / Bouche-pores