Perçage des ouvertures de la tête avec une affleureuse

From lutherie-guitare.org
Jump to navigation Jump to search

La fabrication d'une guitare / Chapitre 3 : le manche / Perçage des ouvertures de la tête avec une affleureuse

Note.png Le travail peut bien entendu être réalisé avec une défonceuse.

Méthode 1 : première approche avec une bague de copiage[edit | edit source]

La tête de la guitare peut être collée avec du ruban adhésif double face (de qualité) sur un bloc bien raboté pour que le double face adhère bien. Le bloc est ensuite maitenu fermement dans l'étau. Cela permet de travailler confortablement avec l'affleureuse

morceau de chevron utilisé pour travailler sur la tête avec l'affleureuse

L'affleureuse est munie d'une bague de copiage et d'une fraise droite au diamètre légèrement inférieure de sorte qu'une marge de 1 mm par rapport à la forme définitive soit laissée intouchée pour le moment sur tout le pourtour.

Affleureuse avec sa bague de copiage installée

L'affleureuse n'ayant pas de système permettant de faire varier la profondeur de la fraise pendant le travail, il faut incliner la machine et la démarrer hors tout puis la ramener délicatement en position horizontale.

L'affleureuse est inclinée, puis démarrée, et enfin amenée dans sa position horizontale de travail

On procède par petites passes de 2mm jusqu'à traverser complètement la pièce. ATTENTION : Attendre l'arrêt complet de la machine à chaque fois avant de la retirer, ne pas être trop pressé, cela peut se payer cher !

La matière est enlevée progressivement par petites passes de 2mm

Une fois la tête ajourée, on installe sur l'affleureuse une fraise à roulement (fraise à copier permettant de copier exactement la forme du gabarit et donc d'enlever le millimètre de marge laissé par la bague de copiage.

On termine avec une fraise à copier

De la même manière, si la fraise ne peut pas tourner librement dans les ouvertures réalisées précédemment du fait d'un diamètre légèrement trop important, incliner la machine, la mettre en route et l'amener très délicatement en position horizontale.

Attention aux extrémités des ouvertures, y aller par approches légères successives sans forcer pour ne pas brûler le bois avec la fraise.

Et voici le résultat :

Ouvertures de la tête realsiées

Méthode 2 : première approche avec une perceuse à colonne, ciseau à bois, lime[edit | edit source]

Le gabarit de la tête est collé avec soin sur la tête de la guitare avec du ruban adhésif double-face.

On perce ensuite les ouverture assez grossièrement avec un foret de 10 ou 11mm monté sur une perceuse à colonne :

perçage des ouvertures grossièrement avec une perceuse à colonne

On fait tomber au ciseau les crêtes (progressivement, sans forcer, avec un ciseau parfaitement affuté), puis, à la rape (fine) et à la lime, on approche le tracé final (en laissant une marge de 1 à 2mm maximum :

Ecrêtage au ciseau à bois
Approche de la forme finale des ouvertures avec une lime

L'affleureuse munie d'une fraise à copier (qui permet de copier exactement la forme du gabarit) est enfin utilisée pour amener les ouvertures à leur forme définitive. On prend garde à ce que la fraise puisse tourner librement dans l'ouverture avant de mettre la machine en marche, ou dans le cas contraire, d'incliner la machine avant de la mettre en marche de façon à ce que la fraise ne touche rien au démarrage (voir illustration dans la méthode 1 décrite plus haut). Ou bien, si on ne se sent pas très à l'aise, on peut agrandir un peu l'ouverture à l'endroit du départ de la machine.

Attention à bien attendre que la fraise soit complètement immobile avant de retirer la machine !

Il faut faire également attention à ne pas trop s'attarder aux extrémités et y aller par petite approches successives, sans trop forcer, afin de ne pas noircir le bois.

Mise à la forme finale des ouvertures avec une affleureuse munie d'une fraise à copier

Voici un apperçu du résultat :

Les ouvertures réalisées