Chapitre 2 : Les composantes d'une guitare

Anatomie d'une guitare, principaux éléments

Généralités[modifier | modifier le wikicode]

Instrument à cordes pincées, une guitare se compose principalement d'un manche, d'une caisse de résonance et de cordes.

Les éléments principaux d'une guitare - d'après wikipedia
Les éléments principaux d'une guitare classique (vue intérieure d'une guitare du luthier Benoit de Bretagne)

La caisse de résonnance[modifier | modifier le wikicode]

Elle a pour rôle principal d'enrichir et d'amplifier le son transmis par les cordes. Elle se compose des principaux éléments suivants :

La table d'harmonie[modifier | modifier le wikicode]

Une table d'harmonie brute en épicéa du Jura.

La table d'harmonie est la pièce maîtresse d'une guitare. Son épaisseur varie de 1,5 (classiques barrages lattice) à 2,7/2,8 pour les classiques et de 2,5 à 3mm pour les folks . Elle est constituée de deux pièces en coupe papillon (comme un livre qu'on ouvre, afin de garder la symétrie maximale) assemblées dans la longueur selon un axe de symétrie.

Pourquoi la table est-elle en deux parties et non d'un seul tenant ?

Pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'une telle pièce de bois, de cette largeur, sans nœuds, coupée sur quartier, est difficile à trouver dans la nature. Ensuite, pour des raisons de solidité, enfin pour des raisons esthétiques (symétrie du veinage du bois grâce à une coupe au "papillon"). il est important de souligner qu'une pièce de bois, qu'elle soit coupée sur quartier, faux quartier etc., aura toujours tendance à se déformer proportionnellement à sa largeur (entre autres). Il est donc important (et cela est aussi pour une guitare électrique ou tout autre ouvrage en bois) de ne pas dépasser une certaine largeur d'un seul tenant. Enfin, la densité du bois n'est pas uniforme sur tout le diamètre de la bille (plus dense au centre). Faire une table d'harmonie en deux partie permet donc aussi d'équilibrer l'ensemble. Il est donc important de bien choisir les chants devant être collés.

C'est la table d'harmonie qui va résonner sous l'action des cordes dont la vibration est transmises par le manche et le chevalet.

Deux essences de bois sont généralement utilisées pour la table : l'épicéa et le red cedar. Le choix de l'une ou l'autre de ces deux essences aura une influence sur le son. On dit généralement que le red cedar est plus généreux tout de suite mais qu'il évolue peu avec le temps. A l'inverse, l'épicéa aura tendance à prendre son temps avant de donner à la guitare toutes ses facultés et continuera à évoluer tout au long de sa vie.

Un barrage mis au point par Robert Bouchet, inspiré du barrage en éventail de Torres

La table est renforcée sur sa face cachée avec un barrage. Il est constitué de nervures en bois collées sous la table d'harmonie. Celles-ci assurent deux fonctions : renforcer la table de l'instrument, fine et étendue, en la rigidifiant pour supporter la tension des cordes et faciliter la propagation des ondes sonores à l'ensemble de la table.

Barrer une table signifie coller une ou des barres sur ladite table, dans un moule creux ou à plat, sous hygrométrie très basse, avec des barres pré-cambrées, ou courbes, ou même plates selon les cas. Les barres de tables sont en bois léger (épicéa, sapin). Selon le type d'assemblage et la colle utilisée, la table aura un son plus vif ou plus rond, une plus ou moins grande résistance aux changements d'hygrométrie, et nécessitera plus ou moins de pression de la part des cordes pour être correctement mise en tension.

Un barrage folk en X inventé par Martin (guitare Benoit de Bretagne)

De très nombreuses variétés de barrages différents ont été utilisés ; de nouveaux sont expérimentés sans cesse par les luthiers car ils ont eux aussi une influence notoire sur le son. Le barrage le plus commun pour les guitares classiques est le barrage en éventail (de 3 à 9 brins) popularisé par Antonio de Torres. Certains luthiers utilisent le barrage Lattice qui quadrille la table avec des barres qui se croisent afin de former une sorte de grille. Un autre type de barrage a été imaginé par un scientifique, le Dr Kasha, et développé principalement par le luthier Richard Schneider :

Un barrage d'inspiration Kasha

Pour les guitares folk le barrage le plus courant est le barrage en X créé par C.F. Martin. Il peut être avancé, reculé, scalopé, allégé, selon les caractéristiques de la guitare et le son recherché.

Les guitares manouches sont dotées d'un barrage en échelle (barres perpendiculaires au joint de table et parallèles entre elles)

exemple de rosace
exemple de rosace folk

La rosace est le nom donné à l'incrustation circulaire, ovale ou de toute autre forme (selon l'inspiration du luthier) qui entoure l'ouïe (ou bouche). Elle est généralement composée de mosaïques fines pour les guitares classiques et est globalement plus simple pour les guitares folks ou manouches (filets, chevrons, bois, nacre...). Le diamètre de la bouche varie approximativement entre 80 et 100 mm selon le modèle et est majotairement de forme ovale sur les guitares manouches.

exemple de chevalet de guitare classique
exemple de chevalet de guitare folk par Benoit de Bretagne

- Guitares classiques ou folk : D'une vingtaine de centimètres de long et d'une largeur de 3cm environ, le chevalet permet de transmettre la vibration des cordes à la guitare. Il est rectangulaire pour les classiques et peut être de toute autre forme pour les folks. Il est affiné à ses extrémités (ailes) afin de favoriser la vibration de la table. On dit d'ailleurs que le chevalet est le barrage le plus important de la table. Le système de fixation des cordes varie selon le modèle. Pour les guitares classiques les cordes traversent la partie arrière du chevalet puis sont ensuite enroulées de façon à les maintenir. Sur les guitares folk, les cordes, dotées d'une boule à leurs extrémités, traversent la table et sont maintenues à l'aide des chevilles. Dans ce cas, une plaque de renfort en bois dur est ajoutée aux barrages afin d'éviter que les boules des cordes ne détériorent l'intérieur de la table. Il est majoritairement en palissandre sur les classiques et peut aussi être en ébène pour les folks.

- Guitares manouches : Le chevalet est flottant. D'une hauteur de 17/18 mm, il est en contact avec la table à ses deux extrémités et est maintenu en place par la pression des cordes. Les cordes sont fixées à un cordier à l'extrémité de la caisse. Il est principalement en ébène et peut également être en palissandre (assez rarement).

Un sillet de tête de guitare classique(Benoit de Bretagne).

Il est généralement en os, en Ivoire de mammouth fossilisé, en plastique ou autre matériau composite. Le sillet de tête permet de régler l'écartement des cordes et le confort de jeu main gauche (sur le manche). Il est positionné en bout de touche, à la jonction avec la tête. Le sillet de chevalet permet d'ajuster la justesse et de régler l'action (hauteur des cordes). Il se loge dans une rainure sur l'avant du chevalet.

Le Fond[modifier | modifier le wikicode]

Fond en noyer ondé brut.

Traditionnellement dans le même bois que les éclisses, le fond était réalisé le plus souvent en palissandre (Dalbergia) pour les guitares classiques(de Rio, du Brésil, d'Inde, de Madagascar).

Cette essence est encore celle de prédilection des luthiers pour cette partie de la guitare. Mais du fait de sa rareté (les forêts primaires du Brésil où l'on trouve ce bois ont, comme chacun le sait, été largement surexploitées), on utilise aussi volontiers des essences moins "nobles" comme le noyer, l'érable, l'érable ondé, flammé, le Koa ou le cyprès par exemple ; pourvu qu'elles soient dures. L'érable n'est que très rarement utilisé pour les guitares classiques, il l'est en revanche beaucoup plus dans la fabrication des guitares folks.

Bien entendu, ce n'est pas la lutherie qui est la cause de la raréfaction du palissandre, des voies de chemin de fer entières en Europe sont faites de ce bois.

Les guitares folks sont souvent faites aussi avec de l'acajou.

Il est constitué de deux moitiés de planches collées et renforcées par un barrage bien que plus simple que celui de la table : trois ou quatre barres le coupent dans le sens de la largeur et réparties également dans la longueur.

Le fond permet de renvoyer le son produit par les cordes de la guitare et, bien que moins important que la table, il apportera une couleur, une personnalité et une longueur au son, non négligeable.

Les Eclisses[modifier | modifier le wikicode]

Deux paires d' éclisses brutes en noyer

Les éclisses sont deux planches qui, épousant la forme de la table et du fond, constituent les côtés de la guitare. Entre huit et dix centimètres de largeur, elles sont faites dans la même essence que le fond (Acajou, cyprès, noyer, palissandre). Elles ne sont pas rectangulaires comme on pourrait le croire : elles sont un peu plus large du côté du bas de la guitare et devant épouser le galbe du fond, leur chant forme une sorte de zig-zag.

Le manche[modifier | modifier le wikicode]

Un manche de guitare folk (Benoit de Bretagne)

Le manche est une pièce en bois dur de 32 cm de long,5 à 6 cm large et 23 mm d'épaisseur. L'acajou est le bois le plus souvent utilisé pour sa réalisation, mais en classique le cedro (ou cedrella) est très utilisé, tout comme le noyer et l'érable en folk et manouche.

Deux touches brutes en ébène
Une touche de guitare folk Benoit de Bretagne

Le manche est recouvert d'une planche de bois très dur (ébène le plus souvent en classique et également palissandre et érable en folk et manouche) et relativement fine (quelques milimètres) que l'on appelle touche. Cette pièce est barrée de 19 à 22 frettes en alliage (à base de cuivre zinc et nickel pour la plupart) qui, sous la pression des doigts de la main gauche consititueront, si l'on veut, autant de sillets permettant de raccourcir la longueur vibrante de la corde, et donc d'augmenter la hauteur de l'accord.

L'espace entre deux frettes constitue une case. Chaque case, sous chacune des cordes et sur tout le manche, représente un demi ton. Leur espacement est donc précisément calculé pour que cet écart d'un demi ton soit respecté sur toute la longueur du manche, elles vont donc en se resserrant en direction de la rosace. La douxième frette se situe à la moitié de la longueur de corde vibrante et est une octave au dessus de la note à vide. La touche est terminée dans sa partie supérieure par un sillet marqué par six rainures dans lesquelles viennent se loger et s'appuyer les cordes.


  • La tête

La tête est la partie qui termine le manche. Inclinée vers l'arrière, elle n'est pas dans le prolongement direct du manche. Elle est ornée d'un ou plusieurs placages pour en améliorer l'esthétique et renforcer son joint avec le manche dans le cas d'un manche composé. Soit elle est percée de deux fentes dans sa longueur dans lesquelles viennent se loger des mécaniques composées trois chevilles qui vont permettre de fixer les cordes et d'en contrôler la tension et l'accordage (classiques, folks et manouches), soit les mécaniques fixées à l'arrière de la tête traversent celles-ci (folk). Les guitares flamenco sont quant à elles traditionnellement équipées de chevilles en bois sur le même principe que les mécaniques traversantes.

Les cordes[modifier | modifier le wikicode]

Aux nombre de six sur la plupart des guitares, on les distingue selon qu'elles appartiennent au registre des aigus ou des graves. Les trois cordes aiguës sont en nylon(son chaud et toucher agréable, autrefois en boyau de chat) sur les guitares classiques. Les trois cordes graves sont quant à elles entourées d'un fil d'acier.

Sur les guitares acoustiques les cordes sont en acier et les quatre les plus graves sont entourées d'un fil d'un alliage de bronze et de cuivre ou de bronze uniquement.

L'accordage standard des cordes est du plus grave au plus aigu : Mi, La, Ré, Sol, Si et enfin Mi.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Wiki sur la lutherie.

Wiki sur les guitares électriques.

Wiki sur la guitareen anglais.

Une définition de la guitare.

Un wiki sur les guitares acoustiques.